La révolution numérique nécessite l’émergence de nouvelles compétences

Le chef du Département de l’économie et de la formation Christophe Darbellay se réjouit de voir la HES-SO Valais-Wallis faire évoluer son offre, à l’instar de la création de la filière en Informatique et systèmes de communication.

Adaptation de plans d’études, création de nouvelles filières et mise en place de formations novatrices: ces dernières années, la HES-SO Valais-Wallis n’a pas lésiné pour diversifier son offre. La Haute Ecole d’Ingénierie a ainsi inauguré, en septembre dernier, un cursus en Informatique et systèmes de communication. Une réponse directe aux besoins du marché.

Répondre aux défis du digital
«La révolution numérique nécessite l’émergence de nouvelles compétences dans nos entreprises», note Christophe Darbellay, chef du Département de l’économie et de la formation. L’inauguration du nouveau parcours d’études le réjouit particulièrement. «Il est complémentaire à celui en Informatique de gestion. En lien avec le Swiss Digital Center, il permettra au Valais de continuer à se positionner comme un pôle d’excellence en la matière.»

La création de ce centre de compétences est d’autant plus importante qu’elle répond à un réel besoin de l’industrie valaisanne. « Cette formation permet de leur proposer des ingénieur·e·s HES doté·e·s de compétences fortes, notamment en termes de numérisation et d’automatisation des processus », ajoute le chef de département.


Pionnière pour les compétences transversales
Les autres domaines d’activité ne sont pas en reste. « Plus généralement, les demandes des milieux économiques portent sur des compétences transversales comme le leadership, la communication interpersonnelle, l’innovation, la créativité, la pensée critique ou la négociation », relève Christophe Darbellay.

« Les formations Bachelor sous forme de Team Academy, uniques en Suisse, permettent notamment de les développer.» La haute école valaisanne fait d’ailleurs figure de pionnière en la matière et compte quatre cursus de ce type : Économie d’entreprise, Informatique de gestion, Soins infirmiers et Travail social.


Un plus pour l’innovation
Dans le même temps, le chef du Département de l’économie et de la formation se réjouit de voir que les étudiant·e·s sont de plus en plus en contact avec des entreprises locales au cours de leur cursus. « La formation et la recherche sont des moteurs du développement économique et social. Des liens forts entre ces deux pôles sont des vecteurs d’attraction économique pour des sociétés à la pointe de la technologie. »

Et ça paie ! Le canton se classe en effet en quatrième position de ceux qui accueillent le plus de start-up innovantes. « Toutefois, il reste du travail, reconnaît Christophe Darbellay, le monde évolue vite et le Valais aussi. Nous devons poursuivre nos investissements si nous souhaitons rester attractifs.
Particulièrement dans les secteurs qui souffrent de pénuries de personnel comme la santé, les métiers techniques et informatiques, ainsi que le tourisme. »

 

Sources : 

  • HES-SO Valais Wallis / Propos recueillis par Bertrand Girard pour le supplément «CAMPUS» du Nouvelliste
  • Photo : Sabine Papilloud

Voir d'autres actualités

Comment attirer et retenir les travailleurs talentueux dans l’industrie biotechnologique ? Et comment former efficacement les nouvelles recrues ?…
L’entreprise originaire de Fribourg s’étend et ouvre une succursale en Valais, plus précisément à Sierre, au Swiss Digital Center….
Résultats de l’enquête DigITalisation22 : quelles sont les pratiques IT des organisations en Suisse romande ? Cet automne, le…