Au cœur du concept de formation digitale de LONZA à Viège

Comment attirer et retenir les travailleurs talentueux dans l’industrie biotechnologique ? Et comment former efficacement les nouvelles recrues ? Le site de LONZA à Viège a développé un outil de formation utilisant la réalité virtuelle. A ce jour, plus de 250 personnes ont pu se former grâce à cette nouvelle technologie.

Organisé par l’association BioAlps et le site technologique dédié aux sciences de la vie, BioArk Viège, le dernier événement 4à6 de l’année, qui s’est déroulé le 13 décembre, a invité les participants à une visite des infrastructures de formation de LONZA à Viège. Des sessions de formation par réalité virtuelle ainsi qu’une visite des laboratoires de formation, leurs ont permis une immersion complète dans le concept de formation de la multinationale.

A cette occasion, Michael Moedler, responsable de la formation au sein de LONZA, a mis en lumière ce projet de formation innovant.

 

Comment le projet a-t-il démarré ?

Nous étions à la recherche de nouveaux moyens de formation et nous savions que la Nasa, l’armée américaine et les chirurgiens étaient déjà formés à l’aide de réalité virtuelle. Avec la croissance massive de nos infrastructures, dont le complex Ibex (à Viège), nous savions que nous devions former environ 200 à 500 employés chaque année. Nous ne pouvons pas les former dans les laboratoires, avec de l’équipement réel, car parfois ce dernier n’est pas encore installé, ou il est en fonctionnement et l’accès aux salles blanches est limité. La réalité virtuelle nous est apparue comme la solution parfaite. 

 

Quels sont les résultats de cette expérience ? 

Nous avons maintenant plus de 10 modules en cours d’exécution et nous avons pu réduire le temps d’accès au travail de 60%, ce qui est vraiment remarquable!

Si vous vous entraînez avec de l’équipement réel, vous avez des temps de préparation. Alors que dans une session d’entraînement par réalité virtuelle, vous ne faites que des allers-retours avec la tâche que vous devez maîtriser. C’est vraiment une solution idéale pour former les gens lorsque vous devez répéter de nombreuses fois les mouvements de certaines procédures. 

Les stagiaires peuvent apprendre à leur propre rythme, répéter certaines sections jusqu’à ce qu’ils se sentent à l’aise. Il n’est pas nécessaire d’avoir un formateur à côté d’eux. Nous pouvons également former des personnes de différents pays en même temps dans une salle virtuelle. 

 

Est-ce que cela amène également un côté plus ludique à la formation ? 

De nombreuses personnes nous ont dit que la réalité virtuelle était réservée aux passionnés d’informatique (aux geeks) et qu’elle n’était pas adaptée au monde réel. Nous avons invité notre comité exécutif à prendre part à une session d’entraînement. Ils ont mis les casques et ils ne voulaient plus en sortir ! Après l’avoir testé, ils ont perçu le potentiel de cette technologie. L’expérience d’immersion est vraiment formidable et la formation devient plus efficace. 

 

La mise en œuvre de cette technologie a-t-elle eu d’autres effets dans l’entreprise ? 

Cette technologie est vraiment attrayante et elle suscite l’enthousiasme des gens. Nous donnons des cours aux étudiants de la HES-SO Valais / Wallis. Ils étaient très enthousiastes à l’idée de se joindre à nous et de voir ce qui se passe au sein de LONZA. C’est aussi du marketing dans notre quête pour attirer et retenir des travailleurs qualifiés.

 

Source : BioAlps Association 

Voir d'autres actualités

Le chef du Département de l’économie et de la formation Christophe Darbellay se réjouit de voir la HES-SO Valais-Wallis…
L’entreprise originaire de Fribourg s’étend et ouvre une succursale en Valais, plus précisément à Sierre, au Swiss Digital Center….
Résultats de l’enquête DigITalisation22 : quelles sont les pratiques IT des organisations en Suisse romande ? Cet automne, le…