Eversys

Depuis 2010, Eversys fabrique et commercialise des machines à café professionnelles. « Depuis le début, il était clair pour nous que nos produits seraient connectés pour fournir des données et un suivi grâce à la télémétrie », précise d’entrée Jonathan Besse, responsable de la recherche et du développement de la PME industrielle basée à Sierre. L’organisation interne de l’entreprise a été construite sur ce prérequis et cet esprit « data ». 

Ainsi, depuis ses débuts, Eversys accorde une importance cruciale à toutes les données présentes dans l’entreprise. « Nous avons mis en place une base de données pour enregistrer de manière centralisée tout type de données, et ainsi éviter qu’elles se perdent. Parfois, ces données ne sont pas utilisées pendant une année, mais quand un problème se présente, nous avons un historique complet de ce qui s’est passé, selon Jonathan Besse. Eversys choisit ses nouveaux équipements pour qu’ils puissent enregistrer directement leurs données dans cette base de données. « Le plus important est d’arriver à lier les informations entre elles pour ensuite pouvoir faire une analyse globale ».

Eversys travaille également avec un ERP. D’abord via une solution interne développée avec FileMaker (un système de base de données propriété d’Apple), puis depuis quelques mois avec SAP. De la commande des pièces détachées à la gestion du service après-vente, ce système permet d’avoir une vision complète du processus de fabrication des machines. C’est essentiel pour la gestion, surtout lorsque l’on sait qu’une machine d’Eversys est composée d’environ 700 pièces différentes. « Toutes les données sont disponibles et traçables, notamment en cas de problèmes. Nous nous sommes ainsi affranchis des listes Excel, toujours compliquées à gérer ».

« Pour chaque pièce de la machine qui est changée lors du processus de fabrication, il y a un historique dans l’ERP ». Le système visualise également les productions qui ont été lancées, et fait le lien avec les commandes de pièces et les stocks. « Nous connaissons l’état des stocks, et les réapprovisionnements sont calculés en fonction des commandes et des prévisions de vente », selon Jonathan Besse.

Utiliser les collaborateurs pour des tâches plus productives
Par ailleurs, grâce à l’ERP, toutes les infos de production sont au même endroit : les données fournisseurs, les prix, les contacts pour les commandes… Le système facilite également la gestion des fournisseurs, d’autant que la plupart des données sont accessibles à tous au sein de l’entreprise. « C’est aussi important pour que tout le monde se rende compte du prix des choses produites ».

Il convient toutefois de maintenir un coût/bénéfice intéressant. « Pour une petite PME, la digitalisation passe par des solutions flexibles, qui peuvent facilement s’adapter avec des coûts maîtrisés. Mais la bonne combinaison n’est pas facile à trouver ». Un ERP rigidifie les manières de travailler, avec des processus clairs. Mais il est essentiel que le système évolue en permanence et colle à la réalité de la production et de l’entreprise.

« Sans ERP ni gestion des données, c’est autant de ressources que nous devrions utiliser pour des tâches non productives de traçage ou suivi », conclut Jonathan Besse.

Voir d'autres success stories

GB-Flex est un outil digital prend automatiquement des décisions d’équilibrage afin de diminuer l’énergie d’ajustement et de mieux intégrer les énergies renouvelables.
La box android TV développée par l’entreprise du Swiss Digital Center transforme l’écran en véritable hub multimédia.